À la Théologie du droit, nous cherchons à équiper et à encourager les chrétiens en droit de manière à les aider à s'épanouir dans leur vocation à la suite de Jésus. Nous y parvenons notamment par le biais des différents articles que vous trouverez ici. Ces articles couvrent un large éventail de sujets, depuis les questions générales sur les relations entre le droit et la justice jusqu'aux applications spécifiques et aux préoccupations contemporaines.

vision du monde

Les récits de la modernité et l'histoire chrétienne" (2019)

Résumé:

Les récits de la modernité sont des réactions erronées à la façon dont les choses semblent être ou des détournements de véritables aspirations du cœur humain. Leur pouvoir et leur plausibilité découlent du fait qu'ils nous attirent vers quelque chose que nous pensons vouloir, en surestimant son pouvoir de donner un sens et une signification à nos vies.

Ces récits comprennent le récit de la raison, le récit de l'égalité, les mythes de l'évolution et du progrès, le récit de la réalisation de soi et l'affirmation "tout ce dont vous avez besoin est l'amour". L'histoire chrétienne diffère des récits de la modernité mais répond néanmoins aux désirs exprimés dans ces derniers : elle nous assure que le monde est ordonné et connaissable, que tous les êtres humains sont égaux en dignité, que les bons desseins de Dieu pour le monde seront finalement réalisés, que les vies humaines peuvent être accomplies et que nous sommes aimés.

Former un esprit chrétien : la loi (2013)

Résumé:

L'intégration de la foi chrétienne à l'étude et à la pratique du droit exige de prêter attention au méta-narratif biblique, la grande histoire de la manière dont Dieu a traité l'humanité. Cette grande histoire commence avec la création, la chute et la grâce commune. Elle se penche ensuite sur le reste de l'Ancien Testament, en tenant compte de la Torah (la loi de Moïse), de l'histoire d'Israël et du message des prophètes. Dans le Nouveau Testament, l'histoire se poursuit avec la rédemption gagnée par Jésus-Christ, la mission de l'Église, et se termine avec le Jugement final et la nouvelle création. Cet exposé vise à explorer comment ce méta-narratif peut informer une approche chrétienne de la réflexion sur les droits de l'homme.

Choix infini : se libérer d'une icône culturelle" (2013) 22(3) Cambridge Papers

Résumé:

Notre culture comprend le choix comme le moyen par lequel nous exprimons notre liberté et notre individualité, mais considère le choix comme une gamme d'options de consommation. Nous sommes constamment contraints de choisir, mais le résultat inattendu est que les choses que nous choisissons n'ont aucune valeur en soi. Les choix de Dieu ont une signification, impliquent des engagements, sont faits de manière relationnelle et ont un coût que Dieu lui-même supporte. Une réponse fidèle aux choix de Dieu nous fera prendre conscience que nos choix sont importants, que bien choisir, c'est s'engager, que nos choix affectent ceux qui nous entourent et que le coût de nos choix est un coût que nous sommes prêts à assumer.

Honneur et honte" (2005) 14(2) Cambridge Papers

Résumé:

La société occidentale contemporaine supprime les concepts d'honneur et de honte, bien qu'ils refassent surface dans ses médias dans un théâtre du grotesque. L'honneur renforce les bons comportements en faisant appel à une morale commune, tandis que la honte pénalise les mauvais comportements par la disgrâce et l'exposition. La Bible offre une vision sociale différente, dans laquelle l'honneur est respecté par la discrétion, et où la honte et le déshonneur peuvent être traités par la confession, la réconciliation et la restauration dans la communauté.

la théologie systématique et biblique

Quels sont les enjeux du droit naturel ? (2008) 89 nouveaux Blackfriars 508-521

Résumé:

Une loi naturelle est nécessaire pour que les chrétiens puissent dire que Jésus-Christ est aussi important pour les êtres humains de tout âge et de tout lieu que notre race a jamais existé. Il doit y avoir quelque chose de stable dans la condition humaine, ce qui signifie que nous avons tous besoin d'un Sauveur. Ce quelque chose, c'est le fait que nous sommes créés pour aimer Dieu et pour aimer notre prochain. Cela est révélé à toute l'humanité. Pour l'apôtre Paul et Thomas d'Aquin, la loi naturelle n'a pas été donnée comme une méthode alternative de salut, mais plutôt pour expliquer la justice du jugement de Dieu et la gratuité totale de la grâce divine. De même, la théologie naturelle n'est pas une affirmation selon laquelle la foi en Christ est facultative, mais plutôt que tous les êtres humains sont coupables s'ils ne reconnaissent pas qu'il y a un dieu qui les a créés et qui récompense ceux qui cherchent Dieu. La théologie naturelle est le contenu minimum de la foi lorsque le Christ n'a pas été proclamé ; elle ne remplace pas la foi explicite dans le Christ lorsqu'il a été révélé.

Note : Il s'agit de la version acceptée de l'article suivant "Les enjeux du droit naturel". (2008) 89 New Blackfriars 508-521, qui a été publié sous sa forme définitive ici. (Cet article peut être utilisé à des fins non commerciales conformément à la politique d'auto-archivage de Wiley).

The Theology of Law of Professor Sir Norman Anderson" (2009) 163 Law & Justice 110-126.

Résumé:

Norman Anderson était professeur de droit oriental à la SOAS de l'université de Londres et l'une des principales figures évangéliques du XXe siècle. À travers un grand nombre de livres et de conférences, il a rendu compte de la nécessité pour les chrétiens de s'impliquer dans les questions juridiques et morales de son époque, tout en opposant la compréhension chrétienne de l'amour de Dieu et de la loi de Dieu à celle des autres religions. Cet article explore la théologie du droit qu'Anderson a développée, en examinant à la fois ses ouvrages publiés et ses conférences inédites.

The Law of Love (2008) 17(2) Cambridge Papers

Résumé:

La Bible est claire : aimer Dieu, c'est chercher à lui obéir. Être le peuple de Dieu implique de chercher à prendre des décisions sages sur la manière dont Dieu veut que nous vivions. Jésus commande à ses disciples d'aimer Dieu et nos voisins. Pour comprendre ce que cela signifie, les disciples de Jésus doivent tenir compte de ce que Dieu a révélé dans la Torah sur ce que signifie l'amour de Dieu et l'amour d'autrui, tel qu'il a été accompli, interprété et modelé par Jésus. L'Esprit Saint nous est donné pour nous permettre de grandir dans l'amour. Afin de prendre des décisions sages, nous devons avoir intériorisé la loi de Dieu et la méditer avec l'aide de l'Esprit. Au ciel, faire ce que Dieu veut sera une seconde nature. D'ici là, la réflexion sur la loi de Dieu est indispensable pour discerner ce que signifie concrètement l'amour de Dieu et l'amour du prochain.

Vers une théologie relationnelle et trinitaire de l'expiation" (2008) 80 Evangelical Quarterly 13-32

Résumé:

C'est précisément parce que la doctrine de la Trinité a été explorée par l'Église afin de donner un sens à la mort expiatoire du Dieu incarné qu'une bonne compréhension de la Trinité fournit un éclairage indispensable sur les raisons pour lesquelles le Christ est mort. Les relations sont fondamentales à la fois pour notre compréhension du péché et pour notre compréhension de Dieu. Les responsabilités sont fondamentales pour les relations, et inhérentes à notre relation avec Dieu notre Créateur est l'obligation d'obéir à ses commandements. Notre désobéissance à ses commandements a donc non seulement le caractère d'une infraction à la loi, mais équivaut également à un rejet de la relation avec lui. D'un point de vue relationnel, les doctrines de l'Incarnation et de la Trinité constituent un modèle d'expiation pénale substitutive, car à travers elles nous pouvons comprendre la mort du Christ comme la mort de l'Homme représentatif qui seul vivait en relation parfaite avec Dieu et aussi la mort du Dieu auto-substituant qui épuise en lui la malédiction qu'il a prononcée sur notre désobéissance.

Une lecture trinitaire du traité de droit d'Aquin" (2007) 84 Angelicum 277-292

Résumé:

La pensée de saint Thomas d'Aquin est fondamentalement déformée si elle est présentée comme un exposant de la loi naturelle conçu comme un système moral universellement applicable et évident pour tous les êtres humains, qu'ils croient ou non en Dieu. La doctrine de la loi naturelle d'Aquin constitue une petite partie de son traité sur le droit et la grâce qui va des questions 90 à 114 dans la Prima Secundae de sa Summa Theologiae. Le traité d'Aquin sur le droit expose une théologie trinitaire du droit, c'est-à-dire que le récit d'Aquin sur le droit est guidé par sa compréhension de l'œuvre du Fils et de l'Esprit dans l'économie du salut.

Le récit d'Aquin sur la loi naturelle doit être considéré comme le récit d'un domaine de réalité donnée et de règles qui ont une stabilité et une normativité précisément parce qu'elles ont été créées par Dieu. Les bons dons de Dieu à l'humanité dans la création sont ordonnés au Fils, par lequel ils ont été donnés, et qui les a rendus dignes par son Incarnation.

La clé du récit d'Aquin est sa conception de l'Esprit en tant que nouvelle loi, travaillant chez les chrétiens pour les guider et les rendre capables d'obéir à Dieu. Ce travail de l'Esprit culmine dans la glorification eschatologique des êtres humains, lorsque le besoin de contraintes extérieures est éliminé, car les êtres humains jouissent d'une communion parfaite avec le Père, dans le Fils, par l'Esprit.

La Trinité, la politique et le droit" (2005) 10(1) Briefing de Whitefield

Résumé:

Cet article cherche à esquisser les grandes lignes de la manière dont une attention renouvelée à la doctrine de la Trinité peut éclairer et guider la pensée chrétienne sur la politique et le droit. En comprenant l'Ancien Testament comme l'histoire de l'échec de la loi à rendre les gens justes, l'œuvre du Fils est de sauver les gens des conséquences de leur législation et l'œuvre de l'Esprit est de provoquer le changement du cœur sans lequel la justice est impossible.

En termes de politique et de droit, une doctrine bibliquement fidèle de la Trinité suggérerait que l'autorité politique et législative devrait être utilisée pour préserver les bons dons donnés par Dieu le Père dans la création, se préoccuperait de promouvoir la justice et la miséricorde qui sont des préoccupations essentielles de Dieu, et laisserait de la place à l'œuvre de son Esprit Saint pour transformer la vie des gens à la lumière de la bonne nouvelle de la mort et de la résurrection de Dieu le Fils.

L'Esprit Saint et la loi" (2003) 3 Réflexions sur la justice JR14

Résumé:

Cet essai explore la relation entre le Saint-Esprit et la Torah (la loi mosaïque). Il soutient que, à la lumière de l'œuvre du Christ, il est possible de voir que l'Esprit Saint a inspiré la loi mosaïque, qu'il interprète la loi et qu'il pousse et renforce l'obéissance à la loi. Pour les chrétiens, les décisions éthiques ne doivent pas être prises sur la base d'une obéissance servile à un code écrit externe, mais en fonction de la direction interne donnée par le Saint-Esprit, éclairée et informée par une étude de l'enseignement du Christ et des apôtres, et une considération des principes moraux à tirer de la loi mosaïque. Lorsqu'elle est animée et interprétée par le Saint-Esprit, la Torah reste un guide précieux pour l'action morale.

The Relevance of the Old Testament Law:Part One" (2002) 148 Law & Justice 21-36

Résumé:

Il y a deux erreurs opposées en ce qui concerne la Torah. La première consiste à traiter chaque partie de la Torah comme étant applicable aujourd'hui dans chaque détail. L'autre est de traiter chaque partie de la Torah comme si elle n'était pas pertinente, jusqu'aux commandements contre le vol, l'adultère, le meurtre et le culte des idoles. Dans cette première partie d'un essai en deux parties, McIlroy cherche à explorer la pertinence de la Torah pour les chrétiens d'aujourd'hui. Cette partie examine ce que l'accomplissement de la Torah par le Christ signifie pour les aspects sacrificiel, civil et moral de la Torah. Il fait valoir que les deux grands commandements, les dix commandements et même d'autres aspects de la Torah restent pertinents pour la pensée chrétienne, mais doivent toujours être interprétés à la lumière de Jésus-Christ.

La pertinence de la loi de l'Ancien Testament : Part Two" (2003) 150 Law & Justice 21-37

Résumé:

Cette deuxième partie d'un essai en deux parties examine si la Torah a une quelconque pertinence pour la société laïque d'aujourd'hui. Elle examine la relation entre la Torah et la loi naturelle, et conclut que si les chrétiens ne doivent pas chercher à soustraire des règles directement à la Torah, ils doivent s'efforcer de rapprocher leurs sociétés du shalom que les dispositions de la Torah cherchent à promouvoir. La justification en est que le même Dieu qui a créé le monde, et qui s'est révélé à Abraham et à Moïse, est aussi celui qui s'est pleinement révélé dans la nature de Jésus-Christ, son Fils.

justice

La justice du comté : What hobbits can teach us about shalom" in A. and C. Kingston Smith (eds.) Carnival Kingdom ; Biblical Justice for Global Communities (Wide Margin, 2013) 23-41

Résumé:

La lecture du Seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien nous donne une image d'un autre monde, suffisamment proche du nôtre pour nous inciter à réfléchir à la façon dont nous organisons nos vies au XXIe siècle. La justice incarnée dans le mode de vie des hobbits de la Comté s'apparente à l'idée biblique du shalom, dont toute société a besoin pour s'épanouir.

The Justice Quest (2014) JR 250 Réflexions sur la justice

Résumé:

La Bible hébraïque a beaucoup à dire sur ce qui doit se passer pour que justice soit faite. Il faut prêter attention au sort des pauvres et des personnes vulnérables, car ils sont particulièrement exposés au risque d'injustice. Les puissants doivent être tenus responsables. La corruption doit être éliminée de nos systèmes juridiques et la corruption doit être combattue. La loi doit être mise à la disposition des gens de manière à ce qu'ils puissent la comprendre, les tribunaux doivent être accessibles et les décisions doivent être prises sans retard déraisonnable. Il doit y avoir des personnes qui sont prêtes à se faire les avocats de ceux dont la voix ne sera pas entendue autrement. Ces besoins existent partout dans le monde. La justice est un objectif qui doit être constamment poursuivi.

La mission de la justice" (2011) 28 Transformation 182-94

Résumé:

Ce document explore certains des matériaux bibliques, dont l'attention renouvelée a contribué à l'augmentation de l'engagement chrétien dans la mission de justice. Il examine en particulier la manière dont cet impératif a été formulé par les évangéliques. Les prophètes de l'Ancien Testament dénoncent l'injustice et cela trouve son écho dans le livre de Jacques et dans l'Apocalypse. Jésus était la Justice incarnée et appelle ses disciples à faire preuve de justice. Alors que le débat se poursuit pour savoir si l'action pour la justice est mieux comprise comme intégrée, inséparable ou même faisant partie de l'évangélisation, il y a un accord croissant sur le fait que la Grande Commission ne peut être remplie sans obéissance aux Grands Commandements, et cela peut impliquer d'utiliser la loi comme instrument pour atteindre la justice.

The Practical Implications of a Relational Approach to Justice", document présenté lors de la conférence post-universitaire sur les "Concepts de justice et de droit dans le christianisme, le judaïsme et l'islam : théoriciens et praticiens dialoguent", Université de Manchester, 16 janvier 2008

Résumé:

Les chrétiens ont compris le lien entre l'Ancien Testament, qui semble mettre l'accent sur le droit, et le Nouveau Testament, qui semble mettre l'accent sur la grâce, de différentes manières. La lecture la plus convaincante, cependant, comprend que l'Ancien Testament enregistre l'histoire de l'échec et de l'inadéquation de la loi donnée par Dieu pour atteindre la vraie justice et la nécessité pour l'œuvre du Fils et de l'Esprit de former un peuple saint pour Dieu. 

Dans cette lecture, le christianisme doit être compris comme un enseignement qui enseigne que la justice doit être intériorisée. Le droit, qui s'exprime sous forme de règles régissant le comportement extérieur, a donc un rôle limité à jouer dans la poursuite de la justice. Les droits et obligations juridiques créent un cadre d'attentes dans lequel la justice peut être poursuivie. 

Le christianisme affirme également que Dieu est relationnel ; il ose appeler Dieu Père. L'obéissance aux règles de Dieu est un aspect de la relation à Dieu. Les relations peuvent donc être comprises comme ayant une certaine priorité ontologique sur le droit, sur les règles.

Le christianisme offre donc une explication de la justice en termes de relations, qui est cohérente avec le développement de nouvelles formes de résolution des conflits, telles que la justice réparatrice dans la sphère pénale et la médiation et la conciliation dans le domaine des litiges civils.

Oliver O'Donovan et la tradition de la pensée chrétienne concernant la peine de mort" (2006) 156 Law & Justice 37-47

Résumé:

Chaque génération est encline à supposer que sa compréhension du message chrétien et de la signification et de l'orientation théologiques fournies par la Bible est supérieure à celle de toutes les autres. Cette tentation est multipliée lorsque la tradition de la réflexion théologique chrétienne est ignorée ou mal comprise. O'Donovan a constamment cherché à allonger la mémoire collective des chrétiens contemporains par rapport à ce que l'Église a pensé auparavant sur des sujets importants. Cet essai cherche à explorer l'exposé de O'Donovan sur la façon dont la tradition chrétienne a pensé la peine de mort, et sa place dans une théologie du gouvernement, de la justice et du châtiment.

Pourquoi les évangéliques n'ont-ils rien à dire sur la justice ? (2005) 22 Anvil 101-103

Résumé:

Cet article pose la question de savoir où en sont les évangéliques dans nos perceptions et nos actions en matière de justice. David McIlroy suggère que notre histoire récente a laissé les évangéliques avec un trou noir dans notre étude biblique et notre théologie. La peur de l'évangile social, le prémillennialisme et le dispensationnalisme, et le quiétisme de l'église face à la révolution morale des années 1960 ont laissé les évangéliques sans voix sur la scène publique. Ceux qui s'expriment risquent d'utiliser la Bible comme source de "textes de preuve" pour justifier des positions déjà prises sur d'autres bases. Une attention renouvelée à la grande histoire de la Bible, et en particulier à l'Ancien Testament, fournira aux évangéliques les ressources nécessaires pour reconstruire une théologie systématique de la justice telle qu'elle a inspiré les grands réformateurs sociaux évangéliques du passé, comme William Wilberforce et Lord Shaftesbury.

Une vision prophétique de la justice" (2004) 7 Engage 4-5

Résumé:

Il y a des thèmes communs dans les écrits des prophètes. Tous sont d'accord sur le fait que Dieu déteste l'oppression. Il est irrité par les puissants qui se jettent à l'eau, abusant de leur pouvoir et de leur influence. Dieu est en colère lorsque les droits des impuissants ne sont pas protégés, lorsqu'il n'y a personne pour plaider leur cause ou pour les aider à faire valoir leurs droits. L'abus de pouvoir et l'accès inégal à la justice le mettent en colère. Il est furieux quand l'argent, quand l'économie, est prioritaire sur les personnes, quand les choses comptent plus que les individus, quand l'oppression prend la place de la compassion. Les prophètes ont saisi ces vérités et ont attendu avec impatience le jour où Dieu viendrait établir sa justice sur la terre.

Justice et appartenance" (2004) 24 L'extra mile 7-13

Résumé:

Au-dessus de la Old Bailey se dresse la silhouette d'une femme, tenant un jeu de balances. Elle représente l'archétype de la justice britannique, la pesée et l'équilibre. La vision biblique de la justice est de nature différente - elle est fondamentalement relationnelle, elle concerne un comportement juste envers ceux envers qui nous avons des obligations et qui attendent de nous. Les êtres humains, faits à l'image de Dieu, pour leur relation avec Dieu et leur relation les uns avec les autres, sont des êtres d'une dignité et d'une valeur inhérentes, qui devraient être libres de travailler et d'aimer. Ce sont là les bons dons de Dieu pour nous, en tant qu'individus et en tant que membres de la race humaine. La justice est l'exercice du pouvoir et de l'autorité afin de préserver et de protéger les bons dons de Dieu, donnés comme sa grâce commune pour que tous puissent en jouir dans cette vie, qu'ils reconnaissent ou non la revendication de Dieu sur leur vie. 

Dieu et la justice" (2002) 115 Graya 24-35

Résumé:

La formulation classique de la justice est celle que l'on trouve dans le Digest de Justinien "Donnez à chacun ce qui lui est dû". Le problème avec cette formule est que, sans un compte rendu indépendant de ce qui est dû aux personnes, elle peut être utilisée pour justifier le traitement le plus inhumain des personnes ; en fait, dans sa traduction allemande, Jedem das seineC'était la devise qui se trouvait au-dessus des portes du camp de concentration de Buchenwald. Le contenu essentiel de la formulation - donner à chacun ce qui lui est dû - est que ce qui est dû aux gens est ce que Dieu leur a donné. Les récits de la création dans le livre de la Genèse montrent que Dieu a donné aux êtres humains la vie, la dignité, la liberté, la capacité de former des relations significatives et la possibilité de jouir d'un travail et d'un repos gratifiants.

Que dirait saint Augustin d'Hippone sur le droit aujourd'hui ? (2020)

Résumé:

Augustin a insisté sur le fait qu'il existe une moralité objective (une loi naturelle) à laquelle toute activité humaine (y compris toute activité législative) doit répondre. Il a fait valoir que tout système de justice est, en fin de compte, un système de promotion et de protection de certains objets d'amour communs au sein d'une société. Il considère que les systèmes juridiques n'ont qu'une autorité limitée et une capacité limitée à promouvoir la vertu. La question qui tue Augustine : "Quelle est la différence entre un royaume et une bande de voleurs ?" expose la nécessité pour tout système juridique d'être remis en question au nom de la vérité et au nom de ceux dont la voix est traitée comme sans valeur. Ces grandes revendications continuent de fournir des ressources pour une théorie critique du droit naturel aujourd'hui.

La relation entre le droit, la justice et le pouvoir", Université de Prishtina, Kosovo, 14 novembre 2019

Résumé:

Le pouvoir est nécessaire pour contrôler la société. Les puissants utilisent souvent le droit, ou du moins un semblant de droit, comme moyen d'exercer leur contrôle. C'est parce que : (1) l'utilisation de soldats et de policiers pour imposer l'obéissance est coûteuse et, au-delà d'un certain point, instable et (2) les gens sont plus susceptibles d'obéir à une règle s'ils en comprennent le but et encore plus susceptibles d'obéir à une règle s'ils pensent qu'elle est juste.

Par conséquent, les dirigeants ont intérêt à présenter leur règle comme étant bénéfique pour leurs sujets (même si leur but est seulement de créer une fausse conscience chez leurs sujets).

Pour utiliser efficacement la loi, les dirigeants doivent faire appel à la justice. Cela implique trois revendications principales :

La revendication de l'autorité : La loi a été déterminée par ceux qui ont le droit de le faire.

La revendication d'une justice de fond : La loi qui a été déterminée est moralement correcte, de sorte qu'il serait bon, ou du moins pas mauvais, de lui obéir.

La revendication d'allégeance : La loi profite à ceux qui sont soumis à ses règles, car ces règles seront suivies par tous ceux à qui elles s'appliquent.

Droit naturel et théorie critique" (2019)

Résumé:

Bien qu'à première vue la théorie du droit naturel et la théorie critique semblent opposées, en fait la théorie critique et la théorie du droit naturel ont besoin l'une de l'autre. La théorie critique doit se fonder sur l'affirmation que le statu quo est, objectivement, erroné. Pour être cohérente, une théorie critique doit affirmer que, même si ses partisans écrivent dans une perspective particulière et ne voient peut-être qu'une partie de la vérité, il est erroné de ne pas tenir compte de ce qu'ils ont exposé. Trop de théoriciens du droit naturel (y compris Bentham) ont trop vite sauté de l'idée que les principes fondamentaux du droit et de la morale sont accessibles à la raison pour conclure qu'ils en ont donné le compte rendu définitif. Les théories critiques rappellent au droit naturel que notre situation et nos préjugés inconscients font que tout compte rendu du droit naturel sur theoristʼs ne peut être qu'une esquisse, qui doit être révisée en réponse à des voix qui n'ont pas encore été entendues.

Comment l'État de droit est-il une limite au pouvoir ? 29 Études d'éthique chrétienne 34-50

Résumé:

Un engagement en faveur de l'État de droit est un engagement en faveur de la gouvernance d'une société par l'utilisation de règles générales ou généralisables qui sont contraignantes à la fois pour les sujets et les dirigeants. En informant dûment les personnes soumises à la loi des règles et de toute modification de celles-ci, on les protège contre la violence et on leur permet d'agir en tant qu'agents. C'est la contribution essentielle de l'État de droit aux biens humains importants, y compris la liberté. Une telle compréhension de l'État de droit permet de comprendre pourquoi le caractère de loi de Dieu et la révélation de la loi de Dieu donnent un sens au libre arbitre humain et rendent possible une relation d'amour entre Dieu et les êtres humains. Un engagement en faveur de l'État de droit signifie également que ceux qui exercent le pouvoir doivent fournir des justifications pour expliquer pourquoi les règles sont contraignantes, ce qui ouvre un espace de débat sur la question de savoir si les règles sont justes.

Quand un régime n'est-il pas un système juridique ? (2013) Ratio Juris 65-84

Résumé:

Robert Alexy définit le droit comme incluant une revendication de rectitude morale et la démonstration de l'efficacité sociale. Cet article soutient que l'efficacité sociale du droit n'est pas seulement un fait observable, mais qu'elle est sous-tendue par des engagements moraux des dirigeants selon lesquels il est possible pour leurs sujets de suivre les règles, que les dirigeants et d'autres suivront également les règles, que les sujets seront protégés de la violence s'ils agissent conformément aux règles, et que les sujets auront droit à un recours juridique si d'autres agissent violemment à leur égard autrement que conformément aux règles. Alexy a raison de conclure qu'un système de normes qui n'est pas, dans l'ensemble, socialement efficace n'est pas un système juridique valable, mais il a tort dans la mesure où il suit le positivisme juridique en distinguant cet aspect de la validité du droit de la prétention du droit à la rectitude morale.

La version définitive est disponible sur le site wileyonlinelibrary.com

Theology and Legal Theory" dans Brittain and Murphy (eds.) Theology, University, Humanities : Initium Sapientiae Timor Domini (Wipf et Stock, 2011) 127-49

Résumé:

Le livre audacieux de John Milbank, Theology and Social Theory, nous a mis au défi de penser la théologie comme une théorie sociale, en critiquant les théories sociales laïques et en exposant les ontologies de la violence, les hypothèses de discorde originelle, qui sont au cœur de celles-ci. Un volume parallèle sur la théologie et la théorie juridique pourrait-il être écrit et, si oui, que dirait-il ? La théologie réduite à la théorie juridique n'est pas de la théologie chrétienne ; ce n'est plus une enquête sur la nature du Dieu chrétien. Mais tant le récit de l'Écriture que les questions théologiques qui y sont soulevées forcent la réflexion sur la relation entre le christianisme et le droit.

La théologie chrétienne affirme que la loi humaine est finalement fondée sur Jésus-Christ, et sur lui seul. Contrairement à Moïse et à Mohamed, Jésus n'a pas donné un nouvel ensemble de lois à la société, mais il a libéré le Saint-Esprit qui agit comme une puissance au sein des êtres humains leur permettant d'agir avec justice. Le fondement du droit est théologique, mais la théorie juridique a un discours légitime et dépendant sur le fonctionnement du droit qui lui est propre.

Les idoles et la grâce : Réinventer le libéralisme politique comme limitismes politiques" (2010) 11 Théologie politique 205-225

Résumé:

Ce document examine le travail d'Oliver O'Donovan et de John Milbank. Il fait valoir que ce qu'ils ont en commun est une analyse augustinienne de la version dominante du libéralisme politique qui le reconnaît comme idolâtre. Néanmoins, en raison de la nature parasitaire du mal, la politique humaine idolâtre peut être soutenue par la grâce de Dieu, car Dieu donne aux gens le temps de répondre à Dieu et de réordonner leurs amours désordonnés par rapport à Dieu lui-même, le bien suprême. La reconnaissance expresse de cette fonction de la politique permet de prôner le limitisme politique, une remise en question du libéralisme politique à la lumière de l'éternité, qui reconnaît que la politique n'a qu'un rôle limité à jouer dans la sécurisation des biens humains et que la polis terrestre n'est pas la société la plus importante.

droits de l'homme

Approches catholique et protestante des droits de l'homme" (2017) 179 Droit et justice 135-158

Résumé:

L'Église catholique et les principales églises protestantes soutiennent l'idée des droits de l'homme. Cependant, d'importants penseurs catholiques et protestants soutiennent que c'est une erreur de considérer les droits de l'homme comme une caractéristique fondamentale de l'ordre moral. John Finnis a soutenu, d'un point de vue catholique, que les droits de l'homme font néanmoins partie d'une compréhension chrétienne du bien commun, tandis que Nicholas Wolterstorff a défendu, d'un point de vue réformé, la primauté des droits de l'homme comme moyen de donner une voix aux victimes d'injustice. Ce sont des différences philosophiques, plutôt que théologiques, qui animent le débat actuel entre les théoriciens chrétiens occidentaux.

Théorie des droits de l'homme : Adéquation à l'objectif, fondamentalement erronée ou réformable ? (2014) 173 Droit et justice 21-36

Résumé:

Malgré toutes les réalisations du mouvement des droits de l'homme, des questions persistent quant à la base théorique des droits de l'homme. La théorie des droits de l'homme tente de résoudre trois problèmes : le problème du désaccord religieux, le problème de l'identification des valeurs communes et le problème de la responsabilité des gouvernements. Joan Lockwood O'Donovan soutient que la capacité de la théorie des droits de l'homme à traiter ces problèmes de manière efficace est minée par le concept prédominant de droits. Ce concept de droits comme "choses qui appartiennent aux individus" donne naissance ou renforce les tendances à l'individualisme, à la possessivité et à la litigabilité. Nicholas Wolterstorff propose un compte rendu réformé qui comprend les droits de l'homme comme une forme de relation sociale normative. Cet essai soutient que, de plus, les responsabilités doivent être privilégiées par rapport aux droits et qu'il faut renouveler la réflexion sur le bien commun afin de surmonter les problèmes que la théorie des droits de l'homme cherche à affronter.

Le problème des droits de l'homme (2014) 19 L'éthique en bref

Résumé:

Nombre des atrocités du XXe siècle ont été perpétrées par des personnes qui croyaient que leurs victimes n'étaient pas des êtres humains, ou du moins pas des êtres humains qui comptaient. La théorie des droits de l'homme cherche à combattre cette pensée, en établissant les droits de tous les êtres humains sur une base universelle. Malgré ce fondement louable, il est devenu courant de dire que les droits de l'homme sont allés trop loin. Pourquoi en est-il ainsi ? Les droits de l'homme font-ils toujours partie de la solution à l'injustice ou sont-ils devenus une partie du problème ?

"Christian Understandings of Human Rights", Université de Swansea (2013)

Résumé:

L'histoire des droits de l'homme est largement oubliée. Les chrétiens qui ne sont pas conscients de la contribution décisive du christianisme au développement des droits de l'homme sont enclins à jeter le bébé avec l'eau du bain. Les laïcs qui nient la contribution chrétienne n'ont pas les fondements des revendications universelles des droits de l'homme. Il est urgent que les deux parties reconnaissent le lien entre le christianisme et les droits de l'homme.

L'utilisation de la Bible par les organisations chrétiennes des droits de l'homme" (2010) 11 Théologie politique 473-485

Résumé:

Ce document explore l'utilisation de la Bible par deux organisations chrétiennes de défense des droits de l'homme : Christian Solidarity Worldwide (CSW) et International Justice Mission (IJM), en identifiant les parties particulières de l'Écriture auxquelles elles font appel, l'herméneutique adoptée, et demande s'il existe d'autres ressources dans la Bible qu'elles pourraient utiliser pour inspirer et informer leur travail. La CSW, qui se concentre sur l'Église persécutée, s'inspire tout naturellement du Nouveau Testament, en particulier des Épîtres ; tandis que l'IJM, dont le travail porte principalement sur d'autres formes d'injustice telles que l'esclavage, la prostitution forcée, l'expropriation des terres et l'exploitation des travailleurs, fait davantage appel à l'Ancien Testament. Le cadre biblique du travail de l'IJM pourrait être renforcé par une attention plus soutenue au ministère de Jésus en tant que modèle d'intervention et de défense des droits de l'homme, par une réflexion sur la signification de l'Exode en tant qu'indication des desseins de Dieu pour ceux qui sont opprimés, et par la considération du livre de Jacques comme un pont important entre les préoccupations des prophètes dans l'Ancien Testament et la mission de l'Église dans le Nouveau. La CSW doit intégrer l'accent louable qu'elle met sur la mission de Jésus en tant qu'exemple de l'action chrétienne en faveur des droits de l'homme à une lecture holistique de la Bible et, en particulier, à une exploration plus approfondie de l'importance spirituelle et pratique de l'Église en tant que Corps du Christ.

droit et moralité

La nécessité d'une base objective pour la moralité si la loi doit être plus qu'une bataille d'intérêts", Institut balkanique pour la foi et la culture, Skopje, Macédoine du Nord, 14 novembre 2019

Résumé:

Le positivisme juridique affirme que le droit n'est rien d'autre que des règles établies par les puissants. La théorie du droit naturel dit que le droit est fondamentalement lié à la justice. Les lois sont des règles qui visent le bien commun d'une communauté. Les positivistes juridiques ont raison de dire qu'il n'y a pas de lien nécessaire entre la loi en tant que telle et une morale particulière, mais ils ont tort de nier qu'il y a un lien entre la loi en tant que telle et la morale en tant que telle. Les systèmes juridiques font toujours appel à une certaine conception de la justice mais, comme Augustin l'a montré, une telle conception peut n'être que la justice interne d'une bande de voleurs. La théorie du droit naturel conteste les fausses prétentions de justification morale (qu'il s'agisse de mensonges délibérés, d'illusions sur soi-même ou d'autres erreurs). Si la théorie de la loi naturelle est juste, il existe une morale objective à laquelle on peut comparer les revendications de justification morale. Si la théorie du droit naturel est erronée, la justice des vainqueurs est la seule justice qui existe.

Pourquoi ne pouvons-nous pas arrêter de prétendre que la loi a quelque chose à voir avec la justice ? Une théorie critique de la loi naturelle", 12e conférence Richard O'Sullivan (2019)

Résumé:

Le droit et la justice ne peuvent pas être divorcés et pourtant rester à jamais éloignés l'un de l'autre. Bien que les positivistes juridiques considèrent que les théories du droit naturel accordent un trop grand respect aux revendications du droit, Augustin d'Hippone a utilisé l'idée du droit naturel pour offrir une critique acerbe des systèmes juridiques de son époque. Une telle théorie du droit naturel peut mettre en évidence les cas où les justifications des lois et des systèmes juridiques échouent dans leurs propres termes, où elles ne tiennent pas compte de l'injustice envers ceux qui ne sont pas traités comme leurs sujets, et où elles offrent de fausses visions de la réalité.

Nos tribunaux n'ont pas de morale ? Commentaire de KLICE, décembre 2013

Résumé:

Le La mort de l'application de la moralité dans le droit de la famille a été grandement exagérée. Néanmoins, il y a eu un changement significatif dans l'attitude des juges. Au début du XXe siècle, les juges en droit de la famille pouvaient utiliser un langage qui suggérait que si une chose était immorale, cela suffisait à la rendre illégale. Au début du XXIe siècle, les tribunaux de la famille ont tendance à permettre aux gens de choisir leur mode de vie, à moins qu'il n'y ait une raison suffisante d'intervenir.

Les chrétiens devraient affirmer la reconnaissance du fait que dans une société tolérante, seul l'intolérable doit être exclu. La question urgente est de savoir si les chrétiens seront engagés et autorisés à continuer de participer à la refonte de l'accord moral commun qui est nécessaire pour que les lois soient efficaces dans la régulation de la société.

Le droit a-t-il besoin d'une base morale ? dans N. Spencer (ed.) Religion and Law (Londres : Theos, 2012) 153-61

Résumé:

Le droit contemporain en Grande-Bretagne peut sembler technique et obscur, loin de tout lien discernable avec la morale. C'est cependant une chose de dire que le droit n'est pas identique à la morale, et une autre de nier qu'il existe un quelconque rapport entre le droit et la morale.

Le droit a besoin d'une base morale, mais cela ne signifie pas simplement mettre le droit sur le même pied que la morale. Cela signifie que nous devons relancer un débat public non seulement sur ce qui est juste, mais aussi sur le bien commun de notre société. Cela signifie qu'il faut désavouer l'idée que le droit n'est qu'un arbitre neutre entre différentes conceptions individuelles du bien. C'est affirmer l'idée que le droit doit être le reflet d'engagements moraux substantiels et partagés, et non un simple instrument technique de promotion d'intérêts particuliers au sein de la société.

Le droit laïque : Tout est-il possible ? (2012) 169 Droit et justice 19-35

Résumé:

La question : la laïcité est-elle possible ? est une question provocatrice dans la Grande-Bretagne du XXIe siècle, un pays où la plupart des gens s'identifient encore comme chrétiens mais sont au mieux ambivalents quant aux interventions des églises en politique. Cependant, pour répondre à cette question, il est important de comprendre les différentes significations qui peuvent être données au terme "laïque". Alors qu'une séparation totale de la religion et de la politique est non seulement impossible mais dangereuse, la doctrine chrétienne a contribué de façon déterminante à l'idée même de laïcité.

banque et économie

Pourquoi ne pouvons-nous pas prendre la criminalité économique au sérieux ? (2019) 84 Notes de travail 4-9

Résumé:

La criminalité économique est "un vice déterminant de l'ère néolibérale". "Les victimes de ces crimes peuvent être la petite vieille qui accepte de se séparer de ses économies dans une escroquerie téléphonique, la personne qui est persuadée de transférer sa pension dans un programme de développement offshore, ou l'entreprise contrainte de nommer un consultant en redressement frauduleux qui procède au dépouillement de ses actifs. Chacun de ces types de criminalité économique pose ses propres problèmes". Cet article se concentre sur les raisons pour lesquelles, trop souvent, les fraudes les plus flagrantes et à grande échelle restent impunies.

L'heure d'une réforme financière ? (2017)

Résumé:

La crise financière mondiale aurait dû être un signal d'alarme. Au lieu de cela, elle a été en grande partie une occasion manquée. Il n'est cependant pas impossible de prendre les mesures nécessaires pour transformer le secteur des services financiers en un secteur qui soit à la hauteur de son nom. Ce document cherche à nous rappeler que la forme et la nature des banques ne sont pas figées, qu'il existe une alternative à la domination de notre système financier par quelques grandes banques axées sur les profits à court terme. Banques était différent dans le passé et il pourrait l'être à nouveau.

Que dirait Jésus à propos de la banque aujourd'hui", séminaire pour le Spurgeon's College (décembre 2017)

Résumé:

Ce document explore le lien entre le péché personnel, la corruption institutionnelle et les défaillances structurelles du système financier qui ont déclenché une décennie d'austérité et un renflouement aux frais des contribuables. Il représente une étude de cas, un exemple de réflexion théologique sur un problème complexe où comprendre les temps et savoir ce qu'il faut faire (1 Chroniques 12:32) exige une analyse détaillée mais aussi la capacité de remettre en question les paradigmes séculiers de l'époque.

Du capitaine Mainwaring à Gordon Gekko : pourquoi les banquiers doivent être une loi pour eux-mêmes" (janvier 2017)

Résumé:

À quoi pensez-vous quand vous pensez à un banquier ? Pour une génération qui a grandi dans les années 1970, c'était le capitaine Mainwaring, représenté par Arthur Lowe dans la sitcom Dad's Army. Dans les années 1980, c'était le voleur d'entreprise Gordon Gekko, joué par Michael Douglas dans le film Wall Street. Ces deux personnages fictifs représentaient des visions très différentes de ce qu'étaient les banquiers et du but de la banque.

Le capitaine Mainwaring, bien que peu intelligent, était profondément ancré dans sa communauté et la servait au mieux de ses capacités, tant dans son travail que dans son bénévolat pour la Home Guard. Gordon Gekko était animé par la cupidité, l'égocentrisme et le narcissisme, suprêmement confiant dans sa propre capacité à "battre le marché" et sans se soucier des conséquences pour les autres. Cet essai explore comment le banquier idéal a changé et ce qui peut être fait pour promouvoir un modèle plus sain pour l'avenir.

What effect does regulation have on the culture of banks' in Kim Østergaard, Jacob Lyngsie and Bent Ole Gram Mortensen (eds.) Law and Economics : An Anthology (Copenhague, Jurist- og Økonomforbundets Forlag, 2016) 65-87

Résumé:

Les changements apportés à la réglementation des services financiers britanniques à partir de 2001 ont contribué dans une mesure limitée à l'évolution défavorable de la culture des banques britanniques, mais les principales raisons de l'abandon de la préoccupation pour les intérêts des clients au profit de la génération de la rentabilité à court terme à tout prix sont venues d'ailleurs. Il est peu probable que l'introduction du nouveau régime des cadres supérieurs par les autorités de réglementation britanniques suffise à elle seule à entraîner des changements positifs dans la culture des banques britanniques, étant donné l'importance des cadres intermédiaires dans les grandes banques pour déterminer ce que les banques valorisent et récompensent réellement.

Les finances chrétiennes ? (2011)

Résumé:

La dette est une question spirituelle qui se pose avec acuité dans notre culture. Les chrétiens doivent pratiquer la maîtrise de soi dans leur utilisation de l'argent, en apprenant à épargner et à vivre des modes de vie simples. Les chrétiens doivent faire preuve de générosité et être prêts à offrir des prêts sans intérêt à un autre. Les chrétiens doivent pratiquer la fraternité en matière financière, en partageant entre eux et en offrant aux personnes dans le besoin des alternatives aux prêteurs d'argent. Les chrétiens doivent s'engager dans une croissance mutuelle, en soutenant les initiatives de micro-crédit qui fournissent un capital de départ aux petites entreprises. Ces initiatives seraient des étapes clés pour honorer Dieu avec nos finances, à la fois individuellement et collectivement.

Droit canonique commercial médiéval" (1997) 132/3 Droit et justice 9-21

Résumé:

Au Moyen Âge, le champ d'application du droit canonique comprenait la vie commerciale. L'enseignement de l'Église sur l'immoralité de l'usure (prêter de l'argent avec intérêt) et sur le fait de faire payer les biens et les services au-delà du juste prix se traduisait par des règles et des interdictions sophistiquées. Ces principes représentent des lignes directrices modérées et réalisables pour un bon comportement commercial, capables d'être appliquées dans le monde d'aujourd'hui comme elles l'étaient à leur époque.

l'église et l'état

An overview of the role of government in classical Christian political thought' in J. Chaplin and N. Spencer (eds.) God and Government (London : SPCK, 2009) 81-107.

Résumé:

La prise de conscience que l'ère de la relation étroite entre l'Église et l'État qui prévalait à l'époque de la "chrétienté" est révolue conduit parfois à la conclusion erronée que les penseurs chrétiens qui vivaient à cette époque n'ont rien à nous dire dans la Grande-Bretagne du XXIe siècle. Il s'agit là d'une grave erreur de jugement. Bien qu'ils aient commis des erreurs dont nous devrions tirer des leçons, de grands penseurs tels qu'Augustin, Aquin, Luther, Calvin et Barth, dans le meilleur des cas, nous offrent un aperçu et une perspective inestimables pour traiter les problèmes politiques contemporains.

Plus de 1500 ans de réflexion chrétienne sur le rôle du gouvernement s'articulent autour de quatre principes clés qui reviennent dans la pensée politique chrétienne classique : (1) le gouvernement est responsable devant Dieu ; (2) le rôle du gouvernement est limité ; (3) le gouvernement existe pour le bien public ; (4) la tâche du gouvernement est l'exécution sage d'un jugement juste. Parmi ces quatre principes, les deux premiers sont fondamentaux (et leurs fondements bibliques et théologiques ont été abordés dans les chapitres précédents), tandis que les deux derniers définissent un cadre permettant de comprendre la tâche et le but du gouvernement.

Comment le christianisme considère-t-il le droit anglais ? (2013) 170 Droit et justice

Résumé:

Il y a cinquante ans, il était encore possible pour Richard O'Sullivan de décrire le droit anglais comme l'application pratique de la philosophie et de l'éthique chrétiennes. Aujourd'hui, tant le christianisme en Angleterre que le droit anglais sont des phénomènes complexes, divers et fragmentés. L'attitude des chrétiens anglais à l'égard du droit anglais peut être d'orientation synthétiste, conversionniste, de justice sociale, séparatiste ou pluraliste par principe. Il existe donc un éventail de positions chrétiennes sur des questions telles que le droit pénal, l'accès à la justice, la protection sociale, le droit de la famille, les droits de l'homme, les questions de vie et la morale sexuelle. Néanmoins, les chrétiens anglais partagent une même reconnaissance pour l'absence de corruption dans le système juridique anglais et pour la stabilité des structures politiques et de l'ordre public britanniques. Cependant, beaucoup craignent que les gouvernements successifs ne perdent le sens des limites de leurs pouvoirs. Si Richard O'Sullivan écrivait aujourd'hui, il craindrait que, pas à pas, les classes politiques de Westminster ne se trompent en légiférant pour supprimer les libertés dont l'Anglais et la femme raisonnables ont bénéficié grâce à l'influence du christianisme sur les lois et les législateurs anglais. Il faut espérer que dans le siècle à venir, le christianisme continuera à influencer le droit anglais afin que la justice soit disponible pour tous, que les pauvres et les faibles soient protégés, que la société civile soit encouragée et que la liberté de foi et de conscience soit respectée.

Locke and Rawls on Religious Tolerance and Public Reason" (2013) Oxford Journal of Law and Religion 1-24

Résumé:

Les arguments de Locke en faveur de la tolérance sont considérés comme peu valables aujourd'hui en raison de leur formulation explicitement chrétienne. Ils semblent échouer au test de la raison publique de Rawls. Cet essai explore à la fois l'importance de la raison dans la pensée de Locke et l'influence des présupposés chrétiens de Locke même sur la position de Rawls. Il montre comment l'engagement de Locke en faveur de la raison comme méthode pour parvenir à la vérité sur les questions religieuses façonne à la fois ses arguments en faveur du caractère raisonnable du christianisme et sa défense de la tolérance. S'appuyant sur sa conviction chrétienne que les êtres humains sont libres et égaux, Locke avance des arguments religieux comme raison publique. Dans ce contexte, il est démontré que l'idée de Rawls de la raison publique dépend d'un engagement a priori à l'égard de l'opinion selon laquelle l'existence de Dieu ne peut faire aucune différence dans notre raisonnement moral, qu'il concède que le contenu de la raison publique est variable dans le temps et dans l'espace et qu'il dépend lui-même de la croyance même que les êtres humains sont libres et égaux que le libéralisme a héritée du christianisme.

L'héritage chrétien dans le droit anglais", pour "Big Voice London", Legal Heritage Track, BPP Law School, Holborn, Londres, 8 mars 2012

Résumé:

Certaines des valeurs les plus importantes qui façonnent le système juridique britannique sont des valeurs chrétiennes. Une grande partie de la législation qui protège les enfants contre l'exploitation et assure leur éducation trouve son origine dans l'œuvre du comte de Shaftesbury ; nombre des droits fondamentaux dont nous jouissons lorsque nous sommes accusés d'un crime proviennent de l'histoire de Dieu, un homme, une femme et un serpent, racontée dans le chapitre 3 de la Genèse ; et notre conviction même que le gouvernement est responsable devant le peuple et que le pouvoir est limité vient de Thomas Becket, un archevêque qui a tenu tête au roi qui a établi la common law et l'a payée de sa vie.

La bonne raison pour César de confesser le Christ comme Seigneur : Oliver O'Donovan et les arguments en faveur de l'État chrétien", (2010) 11 Théologie politique 473-485

Résumé:

Les arguments ostensiblement avancés par Oliver O'Donovan en faveur d'un ordre constitutionnel confessionnellement chrétien ne sont pas convaincants, même dans les termes de son propre projet, car ils présupposent qu'une telle confession peut être exigée en tant qu'acte représentatif. Dans sa théorie, cependant, on trouve l'hypothèse que la confession du Christ est fondamentale pour toute prise de décision correcte, y compris politique. La confession du Christ n'est donc pas seulement une possibilité pour les gouvernements légitimes, mais elle est plutôt essentielle pour les jugements politiques justes. Si les arguments ostensibles de O'Donovan s'avèrent insuffisants, la logique sous-jacente de sa position en dit trop. O'Donovan se trompe en supposant que les jugements politiques doivent être placés dans la même vision morale globale que les décisions personnelles. Parce que les jugements politiques n'ont qu'un rapport indirect avec le droit absolu, ils peuvent être faits à juste titre sans la confession expresse du Christ dans l'ordre constitutionnel.

La théologie du pouvoir de Tolkien (2006)

Résumé:

J.R.R. Tolkien, l'écrivain chrétien du Seigneur des Anneaux, avait plusieurs choses importantes, mais nuancées, à dire sur l'utilisation et l'abus de l'autorité politique. Ses écrits contiennent notamment le message que l'autorité politique ne doit faire que ce qui est nécessaire, que les dirigeants sont toujours soumis aux tentations de l'orgueil et de la domination, et que les choses les plus importantes du monde ne sont pas nécessairement réalisées par la politique du pouvoir.

Subsidiarité et souveraineté des sphères : Christian Reflections on the Size, Shape and Scope of Government" (2003) 45 Journal of Church & State 739-64

Résumé:

L'idée catholique de la subsidiarité et l'idée néocalviniste de la souveraineté des sphères partagent la même préoccupation de limiter le pouvoir des grands gouvernements. Alors que la souveraineté de sphère prétend donner un compte rendu substantiel de la localisation légitime du pouvoir, la subsidiarité fonctionne comme un principe de procédure, à mettre en balance avec d'autres principes pour déterminer à quel niveau le pouvoir doit être correctement exercé. Une vision plus large du rôle de la subsidiarité, combinée à l'idée de souveraineté sphérique, permettrait de répartir le pouvoir en dehors des gouvernements centraux, en redonnant du pouvoir aux autorités locales et aux autres institutions de la société.

prendre contact

Si vous souhaitez en savoir plus sur les documents disponibles sur ce site, réserver une intervention de David McIlroy ou si vous avez d'autres questions, veuillez remplir le formulaire ici et nous vous répondrons rapidement.